Les poupées russes

poupées russes

Je ne suis pas seulement la Florentine d’aujourd’hui…Quand j’ai eu 2 ans la Florentine d’1 an n’a pas disparu. Je ne suis pas morte à chaque fois que j’ai grandi. Nous sommes toutes là!

A chaque moment de ma journée j’ai une heure, un mois, un an, l’écolière de la primaire est là, l’ado lycéenne aussi, l’étudiante, et ainsi de suite; toutes les Florentines sont là. Comme des petites poupées russes de moi, infinies par leur nombre. Nous sommes des milliers chez moi!

Et quand je vous rencontre, je rencontre toutes vos poupées russes…Une infinité!  (ça fait du monde dans la pièce 😉 )

Mettons nous dans la perspective de la relation: les mots, les gestes de mon partenaires peuvent être absolument vivables dans mon présent, mais à mon insu ils peuvent partir toucher une de mes poupées russes en détresse. Et cette poupée là va faire trembler l’édifice entier…

Parce que nous mettons notre partenaire tellement proche de notre cœur, personne au monde ne nous touche comme ça.

Lucie est une jeune femme tout à fait autonome et joyeuse à l’idée que Jérôme, son mari, parte une semaine sur un congrès professionnel, et pourtant mystérieusement elle se met à fondre en larmes quand il lui annonce les dates. Lucie n’est pas folle, Lucie n’est pas faible, Lucie est sincèrement heureuse que son mari fasse ce voyage…Alors quoi?

Quand elle était enfant Lucie a du être séparée de ses parents par une hospitalisation bien longue, et à l’intérieur d’elle une petite poupée russe hurle sa peur d’être abandonnée quand Jérôme annonce son absence. Ses larmes coulent…

Cela Jérôme ne peut pas le savoir, et ça n’a rien à voir avec lui…

Jérôme, lui,  a grandi auprès d’une maman très déprimée, il se sentait sa seule joie de vivre, et lorsqu’il partait vivre sa vie d’enfant, la tristesse de sa mère lui pesait lourd… Les larmes de Lucie réveillent cette douleur chez  lui: il part vivre sa vie et elle est triste, un de ses poupées russes connait par cœur ce scénario. Alors il part faire un tour pour digérer…

Cela Lucie ne peut pas le savoir, et ça n’a rien à voir avec elle…

Mais de voir Jérôme quitter la pièce renforce sa sensation d’abandon à elle, alors les reproches fusent (c’est ce que Lucie a trouvé pour masquer sa tristesse) … et la boucle est bouclée… C’est parti pour une dispute.

Nos blessures d’enfances font pour 90% la charge émotionnelle dans ce qui se vit en conflit dans le couple, seulement 10% appartiennent vraiment à la situation. Une date de voyage, quelques larmes, d’autres que Lucie et Jérôme auraient vécu cela sereinement.

Le dialogue intentionnel Imago permet ce voyage vers nos poupées russes, la découverte et une meilleure compréhension de ce qui nous arrive (à nos yeux et pour ceux de notre partenaire), et permet de l’empathie.

Jérôme et Lucie sont vraiment touchés de découvrir cette vie souterraine, et soulagés de n’être pas la source de la détresse chez l’autre. Ils s’aiment; ils n’ont aucune envie de se blesser. Ce sont juste d’anciennes douleurs qui se sont réveillées à l’occasion de l’autre..

Le couple devient alors un espace d’accueil et de réparation de nos blessures d’enfant,un espace de restauration de nos poupées russes. Nous créons de la connexion en lieu et place de la réaction et devenons les artisans d’une guérison intérieure…

C’est la mission du couple!

Nous ne sommes pas ensemble par hasard. Nous sommes amoureux parce que nos poupées russes ont tant à se dire, et ont tant à grandir…à nous de les écouter judicieusement.

Florentine d’Aulnois – Wang

Vous aimez? Dites-le!  Partagez!

                                                                                                                    Vous avez des idées? Réagissez!

Eloge du Couple

couple foret

La relation à l’autre est une chance de se mettre au travail, une incroyable chance de devenir, et plus encore la relation amoureuse. Sans compter les trésors de plaisir, de projet, de soutien, de partage et d’ouverture ; elle seule nous est si profondément et si cruellement thérapeutique !

Passé le temps idyllique, l’autre me confronte sans cesse aux limites de mon être et commence de me demander « Deviens qui tu es ! Retrouve ton essence originelle magnifique ».

A la naissance nous étions riches de tous les potentiels ! Joie – Créativité – Intelligence – Empathie – Curiosité – Confiance – Energie – ….

Puis nous avons été ( plus ou moins profondément)  éloignés de certains de nos potentiels en grandissant. Nous avons, à de multiples reprises, pu décider de nous séparer de nos talents pour garder l’amour de nos parents.

(Si j’ai eu une maman migraineuse par exemple, je me suis sans doute coupée de ma capacité à hurler ma joie en sentant sa réaction, puis j’ai fini par me couper de ma joie. Si j’ai eu un papa agacé, j’ai pu mettre au congélateur ma curiosité et son cortège de questions. Puis j’ai pu me séparer de mon intelligence, toute ou partie…)

Même sans avoir vécu de profonds traumatismes; nous avons pu en de multiples occasions congeler des aspects de nous pour conserver le lien d’amour.

Celui, celle qui tombe amoureux de nous perçoit non seulement notre potentiel d’être, mais plus encore détient les demandes qui vont nous permettre de retrouver nos talents (demandes découlant souvent d’ailleurs de ses blessures d’enfance à lui.)

Puis les jours et les nuits partagés nous ouvrent les portes de la vérité de l’autre ; charge à nous ensuite de faire véritablement et profondément plus ample connaissance.

Notre partenaire va venir nous chercher encore et encore dans nos prisons intérieures, ces endroits que nous avions décidé de verrouiller dans l’enfance.

Le défi est de taille : l’autre est une incroyable chance de devenir soi mais alors il nous irrite, nous meurtrit , nous fait réagir…Cet autre n’est pas le tranchant qui nous blesse, mais nous l’approchons si près de notre cœur que ses mouvements caressent nos blessures…Alors nous nous défendons ! ET parfois Brutus entre dans la danse…(Brutus est notre réactivité archaïque, cliquez sur le lien pour comprendre mieux)

Le conflit qui surgit dans la relation est un appel à croissance, une invitation céleste à retrouver nos potentiels enfouis. Nous sommes nés du et dans le lien, blessés dans le lien et c’est dans le lien que nous nous réparons.

Il existe des outils pour accoucher en douceur de nos mutations : le dialogue intentionnel et conscient proposé par la thérapie relationnelle Imago en est un. C’est un dialogue qui invite à visiter le monde de l’autre, à faire grandir notre empathie, à habiter à deux  un espace dans lequel personne n’a raison ni tort, simplement des bonnes raisons d’agir comme il agit…Alors il devient possible de passer du conflit à la connexion et à la réparation. La transformation est merveilleuse.

Parce que le meilleur thérapeute au monde pour nous est bien l’Espace de notre couple, cet Espace Sacré que l’amour tisse entre nous. Ce n’est pas alors l’autre le thérapeute, mais bien les trésors charriés dans ce  torrent vital de la relation amoureuse qui nous apporte des solutions de réparation et de croissance.

La mission est ambitieuse : elle  n’est pas d’être bien chez soi avec l’autre, mais de réparer le monde en soi à l’occasion de cet autre, et de l’aider à réparer le monde en lui. Pour une relation intense, un Espace magnifique dans lequel nous accueillons nos enfants, pour un monde meilleur…

C’est le miracle de l’amour. Il sait nous rendre à nous-mêmes, et nous rappeler à notre véritable nature. Pour peu que nous sachions lui donner la parole !

Florentine d’Aulnois-Wang

Vous aimez? Dites-le!  Partagez!

                                                                                                                    Vous avez des idées? Réagissez!

De notre réactivité ou quand Brutus prend les commandes dans la relation.

combat coqs

Nos architectures neurologiques sont fascinantes! Je vais vous expliquer en quelques lignes comment notre cerveau est en risque de disjoncter dans le conflit.

En situation de stress l’amygdale (un noyau gros comme une cerise logé dans le cerveau émotionnel ) prend les commandes dans notre tête et « débranche » notre néocortex (surtout la partie du lobe préfrontal).

Le néocortex est le siège (entre-autres) de la raison, du langage, de nos capacités à penser le monde ou à mettre en perspective, de notre conscient. C’est dans notre lobe frontal que se logent des règles comme  « tu ne tueras point » et autres lois humaines et sociales, nos valeurs. Il est notre cerveau « pensant ».

Mettre sur « pause » cette partie du cerveau en cas de grand stress permet de court-circuiter la pensée pour apporter une réponse rapide, ce qui peut nous sauver la vie…  Mais cette amygdale peut manquer de discernement!

Vous êtes vous déjà entendu dire « j’ai pété les plombs, un fusible a sauté, j’ai disjoncté, je ne sais pas ce qui m’a pris… » .

Et c’est exactement cela: votre cerveau émotionnel surchargé par le stress a coupé le contact avec votre cerveau rationnel, vous êtes passé en mode « fight for life », l’autre est devenu l’ennemi à combattre. Plus rien n’existe de l’empathie, de la connexion, des sentiments que vous éprouvez , ni de vos valeurs et règles de vie personnelles ou sociales…

Votre petit « Brutus » intérieur a pris les commandes et déverse dans l’organisme des flots d’ hormones qui vous préparent au combat (cortisol, noradrénaline…)

(voici une petite vidéo de David Servan Schreiber  illustrant parfaitement ce mécanisme  https://www.youtube.com/watch?v=CO-b5Y8jo14 )

C’est ce qui peut nous conduire à émettre des mots, commettre des actes dommageables ou irréparables , même avec ceux que nous aimons profondément, simplement parce qu’une partie de notre cerveau est inhibée….

Des mots ou des gestes que nous regrettons sincèrement dès que le néocortex peut refaire son travail…Or les dommages sont là!  Nous pouvons devenir  d’une grande violence psychique ou physique car toute notre énergie est canalisée pour mettre l’autre (qui est désormais le danger, l’ennemi) à terre.

Brutus est contagieux! C’est à dire que quand l’une des personnes impliquées passe en mode « Brutus » dans la discussion (dispute), l’autre ne va pas tarder à faire de même!

Imaginez le tableau: nous avions deux amoureux essayant d’aborder un sujet sensible, nous voilà avec deux dinosaures prêts à tout; nous avions deux conducteurs dans leurs voitures (et une priorité à gérer) et nous voilà avec deux coqs en combat à la vie à la mort….(sans néocortex notre cerveau est proche de celui des animaux!)

Il nous faudra alors 20 mn de calme pour redevenir un être qui pense et qui est en lien avec son amour et quitter le mode Brutus, c’est ce que montrent les recherches par IRM ( 22 minutes exactement sans stimulation de l’amygdale).

Mon conseil aux couples (et à tous d’ailleurs) est de quitter la discussion dès que vous sentez que l’un ou l’autre « disjoncte »; non pas pour fuir le sujet mais bien pour protéger le lien, la sécurité avec l’autre, la santé de la relation.

Nous ne sommes pas tous égaux devant Brutus, certains d’entre nous ont un « sang-froid » remarquable (techniquement des liaisons synaptiques super performantes entre néocortex et cerveau archaïque), d’autres sont plus réactifs…

La fatigue, la faim, le cycle hormonal, l’insécurité influencent notre réactivité .

Une bonne nouvelle dans ce monde de Brutus: ça s’entraîne!

Par le dialogue intentionnel Imago par exemple (mon dada), mais aussi par la méditation, la respiration consciente et autres, il existe de nombreuses façons de solidifier notre réponse corticale; autrement dit de rester en contact avec nos belles aptitudes à l’échange et ne pas nous laisser embarquer dans la peur et la réactivité lorsque notre partenaire vient toucher des zones sensibles chez nous. La plasticité du cerveau est réelle et d’un potentiel incroyable.

Mon conseil aux couples en pleine crise : pour protéger le lien, l’autre et vous-même, quand vous sentez que ça « disjoncte », partez vous ressourcer 20 mn au moins. Quittez la scène du conflit. Souvent la reconnexion dans le cerveau passe par une activité dans le Corps (douche, jogging, yoga…), la Nature (balade, contemplation…) ou une activité sollicitant très directement le néocortex (lecture, méditation, sudoku….). L’idée étant vraiment de retirer de l’énergie de notre cerveau archaïque. Trouvez ce qui marche pour vous.

Il est inutile et illusoire de penser que nous réglerons quoi que ce soit dans la relation lorsque nous sommes en « Brutus », nous ne traitons pas avec la bonne partie de notre cerveau, tout ce qui peut arriver alors est de la bouillie relationnelle!

Florentine d’Aulnois-Wang

(ps 1: j’ai volontairement caricaturé et simplifié le fonctionnement cérébral pour illustrer mon propos)

(ps 2: mon champ de prédilection est le couple, cependant cette note s’applique vraiment dans nos relations plus étendues: avec nos parents, nos enfants, nos amis, nos collègues bien plus encore.)

(ps3: voici une photo de moi en mode « Brutus » 😉colere!

Vous aimez? Dites-le!  Partagez!

                                                                                                                    Vous avez des idées? Réagissez!